Collaborateurs

Lucie Bazzo / Benoît Bourdeau / Yves Champagne / Jean Derome / Steeve Dumais / Amélie Dumoulin / Michel Giroux / Danielle Hébert / Anne-Françoise Jacques / Frank Martel / Gigi Perron / Yvon Proulx / Karine Sauvé / Martin Tétreault

Lucie Bazzo

Lucie Bazzo œuvre dans les domaines du théâtre et de la danse depuis 1987. Sa carrière prend son envol avec notamment laTrilogie des dragons de Robert Lepage, artiste avec qui elle collabore à plusieurs reprises. En danse, elle éclaire les créations d’une pléiade de chorégraphes, comme elle le fait pour de nombreux artistes de la chanson. Elle exerce également sa science pour le milieu muséal et celui de la performance.

Benoît Bourdeau

Artiste en arts visuels, Benoit Bourdeau est membre fondateur de la galerie Clark et de la compagnie Des mots d’la dynamite. On a vu son travail dans plusieurs expositions collectives et individuelles. Il participait en 2010 à l’exposition Le Tarot de Montréal, une invitation de la commissaire Marie-Claude Bouthillier (Maison de la culture Plateau Mont-Royal). Il a collaboré à de nombreux projets de la compagnie Des mots d’la dynamite en tant que conseiller artistique, scénographe et webmestre.

Yves Champagne

Artiste visuel et performeur, Yves Champagne a créé plusieurs projets de performances et d’installations dans les années 80. Depuis 1988, il a collaboré à de nombreux spectacles pour la compagnie en tant que concepteur d’accessoires et de costumes. Il œuvre à de nombreuses productions cinématographiques québécoises et étrangères en tant qu’accessoiriste.

Jean Derome

Cet inlassable passe-murailles à l’oreille tendue vers les nouvelles tendances, cet homme-orchestre resté allergique à toutes les routines et jamais en panne d’inspiration promène depuis longtemps sa silhouette de musicien tout-terrain au Québec et ailleurs. Lui - dont la trajectoire est jalonnée d’innombrables rencontres - garde au chaud plusieurs amours et élabore une œuvre puzzle en mouvement constant, qui ajuste sans forcer les pièces apparemment disparates du rock, des musiques nouvelles, du free, des traditions populaires et de la musique contemporaine. Pas une saison ne s’écoule sans que nous ne recevions de ses abondantes et généreuses nouvelles sonores, sur disque, en concert, à l’écran ou sur scène... et c’est toujours un plaisir pour l’oreille. -Stéphane Lépine

http://www.jeanderome.com/

Steeve Dumais

La pratique hybride et non conventionnelle de Steeve Dumais s’incarne dans des performances, des installations, du théâtre de rue ou des cabarets surréalistes. Cofondateur de la Compagnie Mobile Home, Steeve Dumais a créé et joué dans 12 des spectacles de cette compagnie. Il a joué dans plusieurs spectacles de la Compagnie Le Pont Bridge. Pour la compagnie Des mots d’la dynamite, il a collaboré à la conception de Là où j’habite/Where I live et de Magie lente.

http://www.compagniemobilehome.com/

Amélie Dumoulin

Amélie Dumoulin est issue de la pratique théâtrale collective. En 2003 elle a cofondé la compagnie de théâtre Joe Jack et John, et a participé à l'écriture de Quand j'étais un animal, Ce soir l’Amérique prend son bain, Go shopping et Mimi. Elle a fait une maîtrise à l'UQAM sur l'auteur contemporain Valère Novarina. Avec Des mots d'la dynamite, elle a collaboré à la création du Spectacle de l'arbre et de Là où j’habite. En septembre 2015 Amélie Dumoulin publiait son premier roman jeunesse, Fé M Fé, (Québec Amérique), lauréat du grand Prix des libraires du Québec et finaliste au prix du Gouverneur général du Canada. La suite, Fé verte, sera publiée en septembre 2017.

Michel Giroux

Membre du DEI, Michel Giroux œuvre dans le domaine de la vidéo et du multimédia depuis le début des années 80. Parallèlement à sa production de vidéos, de performances et d’installations, il participe à la création de spectacles multimédias, projets de danse et de musique contemporaine avec Geneviève Cadieux, Nathalie Derome, Istvan Kantor, Michel Lemieux, Pauline Vaillancourt... Parallèlement - et de plus en plus exclusivement - il se passionne pour le montage. En documentaire, il collabore, entre autres, avec Marie Brodeur, Michka Saàl, Luc Bourdon, Magnus Isacson, Martin Duckworth et en fiction avec Robert Morin. Fasciné par le processus d’écriture-composition propre au montage ainsi que par la proximité, la profondeur de la rencontre qu’il provoque avec l’auteur et avec l’œuvre qui prend vie, il considère le cinéma, la vidéo et le multimédia comme des médiums sensoriels.

Danielle Hébert

Dalielle Hébert est photographe et est membre fondatrice de la compagnie Des mots d’la dynamite (anciennement La Peau des dents). On a vu son travail d’installation photographique dans le cadre d’expositions individuelles et collectives au Québec (avec le collectif Fovéa, entre autres). Elle a participé à de nombreux spectacles de la compagnie en tant que conseillère artistique, photographe et scénographe.

Anne-Françoise Jacques

Anne-Françoise Jacques a une pratique active en art sonore depuis 2004. Elle s’intéresse aux systèmes qui tournent et à la construction d’engins qui génèrent des performances, des installations, des bandes sonores de films d’animation, ou parfois rien ! L’utilisation de technologie désuète, d’objets dérisoires et de sonorités rugueuses l’intéresse particulièrement. Elle performe régulièrement, seule et au sein de divers collectifs. Son travail a été présenté dans plusieurs festivals et lieux culturels. Il s’agit d’une première collaboration avec la compagnie Des mots d’la dynamite.

http://anne-fff.tumblr.com/

Frank Martel

Frank Martel, poète et musicien. Sa vie est entièrement vouée à l’inconnu et au silence qui lui est propre. Découvert en 1979 par le poète et essayiste Phillipe Haeck, il publie deux recueils de poèmes chez VLB Éditeur. Il apprend la guitare et commence à écrire des chansons. En 1992, il publie un troisième recueil chez L’Oie de Cravan, La lune a l’air ce soir d’un bout d’ongle arraché. En 1995, il crée Dans le ring ou tu boxes, un spectacle de poésie-performance au théâtre La Chapelle. En solo ou avec Nathalie Derome, il participe à plusieurs interventions dans des musées, des galeries et des cabarets.

En 2001, en compagnie de Bernard Falaise, Éloi Deit et Michel F. Côté (L’Ouest céleste), il enregistre son premier album, Enjambons le désert. En 2003, un second album, Sautons ce repas de midi, reçoit un excellent accueil de la critique et en 2006, du même quatuor, paraît l’album Yé-Yi-You-Ya. Il joue du thérémine depuis 2001. On l’a vu sur la scène de la musique actuelle, notamment en compagnie de Diane Labrosse et de son Petit Bestiaire (2004), ainsi que dans le cadre du Festival de musique actuelle de Victoriaville aux côtés de Michel F.Côté (mai 2005). Puis, à l’automne 2009, en duo avec Bernard Falaise, il lance son quatrième album; À l’école du ara.

Gigi Perron

Peintre et illustratrice, Gigi Perron a été associée à de nombreux événements d’art contemporain (Québec, Belgique) dans le cadre d’expositions collectives et individuelles. Elle a publié plusieurs recueils de bandes dessinées à la maison d’édition l’Oie de Cravan et a collaboré avec de nombreux organismes et tant qu’illustratrice. Sa signature se démarque par un imaginaire unique et un remarquable sens de l’observation des aléas du quotidien. Collaboratrice de longue date de la compagnie, Gigi Perron a participé à la création de plusieurs spectacles en tant que scénographe, costumière et conseillère artistique. De plus, elle a orchestré, en collaboration avec Nathalie Derome, cinq éditions de la P’tite Tombola, une fête interdisciplinaire pour toute la famille.

http://gigiperron.com/

Yvon Proulx

Yvon Proulx est un sculpteur originaire des Cantons de l’Est. Il a réalisé une trentaine d’expositions de groupe au Québec, en Colombie-Britannique et en Écosse, de même qu’une quinzaine d’expositions personnelles. Il a participé à des symposiums au Québec et en Tchécoslovaquie. Dans le cadre du programme d’intégration des arts à l’architecture, il a réalisé une dizaine d’œuvres publiques, dont une à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et une autre au métro Cartier de Laval. Pour le théâtre ou pour la scène, il a prêté ses talents de scénographe ou d’accessoiriste pour de nombreux spectacles présentés autant en Estrie qu’à Montréal. Depuis dix ans, il s’intéresse tout particulièrement à l’art éphémère in situ qu’il pratique parfois en ville, souvent à la campagne. Il vit et travaille à Montréal.

Karine Sauvé

Karine Sauvé privilégie un théâtre d’images qui part de la matière, de la voix, des objets et du corps. Dans ses projets, elle travaille la marionnette au sens large, comme un croisement entre les arts visuels et le théâtre. Elle est diplômée de la première cohorte du DESS en théâtre de marionnette contemporain de l’UQAM. Elle a collaboré sur scène et comme conceptrice, avec des artistes de différentes disciplines Clea Minaker avec Beauty (Youtheater, 2008); Pascal Brullemans et Martin Staes-Polet avec Le laboratoire sur l’usage de la parole dans le thépatre pour la petite enfance (Festival Petits bonheurs et Théâtre de la Guimbarde, Belgique, 2013). En 2013, elle fonde sa compagnie Mammifères qui produit Les grands-mères mortes créé en collaboration avec David Paquet et Nicolas Letarte. Elle est une des co-conceptrices et interprètes du Spectacle de l’arbre (2009). 

Martin Tétreault

Martin Tétreault, platiniste improvisateur montréalais de renommée internationale, est issu du milieu des arts visuels. Son parcours est ponctué de productions variées sur disque et de performances sur scène avec divers collaborateurs: Diane Labrosse, René Lussier, Jean Derome, Michel F. Côté, I8U, Otomo Yoshihide, Kevin Drumm, Xavier Charles, Ikue Mori et plusieurs autres. Délaissant la citation musicale, sur laquelle son travail se développait depuis ses débuts en 1985, il explore aujourd’hui les qualités intrinsèques du tourne-disque: bruits de moteur, sons parasitaires, etc. Il utilise aussi des aiguilles et des surfaces préparées (merci John Cage) ainsi que de petits instruments électroniques. Demeurant analogique, cette approche bruitiste lui permet de ne plus répondre à la question: «Mais que fais-tu des droits d’auteurs?» et de se faire inviter dans des manifestations de musiques électroniques (!). Lorsqu’il veut se reposer de la musique, il retourne aux arts visuels où il sable, gratte et découpe des livres, des revues...